Energie et climat

Les flux rss du siteImprimer la page

Les enjeux liés au changement climatique

Complexes et transversaux, les enjeux liés à l’énergie, aux gaz à effet de serre (GES) et au changement climatique interpellent de plus en plus les agriculteurs qui prennent conscience de la nécessité d’agir à leur échelle.
Alors que l’énergie représente un levier de compétitivité des exploitations, l’action face au changement climatique implique de nombreux questionnements sur les pratiques et systèmes de production.

Les enjeux de la transition énergétique et de l’agriculture sont donc de plus en reliés à moyen et long termes : coûts des intrants, agronomie, gestion de l’eau, évolution de la PAC, réglementation…

Face à ces défis, les Chambres d’agriculture s’engagent pour que les agriculteurs soient considérés comme des acteurs moteur de la transition énergétique au sein des territoires et replacer l’agriculture comme source de solutions face au changement climatique.

La loi sur la transition énergétique pour une croissance verte

La COP 21 en toile de fond

La loi sur la transition énergétique pour une croissance verte s’inscrit dans le contexte de préparation de la 21e conférence internationale sur le changement climatique (COP 21) qui se tient à Paris en décembre 2015. Ainsi, la France souhaite être exemplaire et force de propositions auprès des autres pays sur les solutions permettant de tenir l’objectif fixé à Copenhague, à savoir limiter le réchauffement climatique à 2 degrés d’ici la fin du siècle.

Les fondements de la loi sur la transition énergétique pour une croissance verte

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte doit permettre à la France de s’engager sur une nouvelle trajectoire de développement économique. Une nouvelle trajectoire afin de combiner efficacement lutte contre le dérèglement climatique, renforcement de l’indépendance énergétique et création de nouvelles filières porteuses d’emploi et de valeur ajoutée.
Elle repose sur trois piliers :

Une loi qui impacte l’agriculture et la forêt

Plusieurs mesures auront des conséquences particulières pour l’agriculture et la forêt via :

  • fixation d’objectifs et d’orientations pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et de polluants atmosphériques
  • priorités retenues pour l’évolution du mix énergétique français, en particulier sur les objectifs et les dispositifs de soutien pour les différentes filières d’énergie renouvelable
  • nouvelles compétences aux collectivités pour planifier et conduire la transition énergétique à l’échelle des territoires (Territoires à Energie Positive)
  • orientations et encadrements sur la mobilisation des ressources biomasse pour la transition énergétique.

Une mise en œuvre accélérée de la transition énergétique

20 actions immédiates ont été lancées dès l’adoption du projet de loi par le Parlement dans les domaines du logement, des transports, des déchets, des énergies renouvelables et de la précarité énergétique.

Ainsi, plus de 200 territoires à énergie positive (TEPOS), rassemblant près de 16 millions d’habitants, ont signé des conventions de partenariat avec le Ministère de l’Ecologie pour un montant de plus de 47 millions d’euros. La majorité des textes d'application de la loi devraient par ailleurs paraître à l’automne 2015 afin de permettre une mise en application rapide.

Chiffres clés

Loi sur la transition énergétique pour la croissance verte

  • Réduire de 40 % des émissions de GES en 2030 par rapport à 1990
  • Diviser par 4 des émissions de GES en 2050 par rapport à la référence de 1990
  • Diminuer de 30 % la consommation d’énergies fossiles en 2030 par rapport à 2012
  • Porter à 32% la part des énergies renouvelables de la consommation finale d’énergie en 2030 et à 40 % de la production d’électricité
  • Réduire de 50% la consommation énergétique finale en 2050 par rapport à 2012
  • Diminuer de 50 % le volume de déchets mis en décharge à l’horizon 2050
  • Baisser à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité à l’horizon 2025