Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > La conservation des sols : comment ça marche ?

La conservation des sols : comment ça marche ?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Quel est le bien le plus précieux d'une exploitation agricole et ce, qu'elle soit d'élevage ou de grandes cultures ? Le sol, bien évidemment ! Loin d'être uniquement un substrat pour les cultures ou les prairies, il abrite une vie souvent insoupçonnée. Les agriculteurs en ont pleinement conscience et protègent à la fois son intégrité et sa fertilité via diverses techniques.

Quel est le rôle du sol ?

En agriculture, le sol a pour objectif principal d'assurer de façon optimale l'alimentation des cultures et de l'herbe des prairies. Un sol bien structuré permet ainsi : 

  • un bon enracinement des cultures présentes 
  • une bonne circulation de l'eau, de l'air et des nutriments.
     

L'une des grandes préoccupations de l'agriculteur est ainsi d'éviter le tassement du sol et de faire en sorte que celui-ci « respire ». Ainsi, tous veillent à n'intervenir dans les champs avec leurs engins agricoles uniquement que quand le sol est portant, c'est à dire en l'absence d'un terrain mouillé ou détrempé. 

Les différents organismes présents dans le sol

On note 3 types d’organismes présents dans les sols, et ce, à différentes profondeurs :

  • La microflore : d'une taille ne dépassant pas 0,2mm elle est principalement constituée de bactéries, d'algues, de champignons, de micro-organismes unicellulaires. L’ensemble de ces éléments sont microscopiques.
  • La microfaune : d'une dimension similaire, ce sont les prédateurs de la microfaune. Ils jouent également un rôle essentiel dans la décomposition des matières organiques et donc dans la fertilité des sols.
  • La macrofaune : vers de terre, insectes, crustacés terrestres (cloportes, mollusques, limaces, escargots, etc.) jusqu'à des animaux de bien plus grandes envergures comme les taupes, ces animaux sont visibles à l’œil nu.
     

Toute cette vie grouillante et fourmillante participe : 

  • à la fragmentation des sols, 
  • à la digestion et à la transformation des matières organiques, 
  • à la circulation de l'eau dans le sol. 

Un sol vivant et abritant autant d'espèces différentes est donc gage de fertilité.

L'agriculture de conservation des sols

Certains agriculteurs et techniciens se sont lancées depuis plusieurs années dans l'agriculture de conservation des sols. Le but de leurs pratiques et de leurs expérimentations sur le terrain est de :

  • réduire au maximum voire supprimer le travail du sol via la technique du semis direct ou du non labour. Par ce biais, ils conservent l’intégrité de la couche superficielle du sol où se trouve les éléments les plus vivants et fertiles.
  • maintenir des couverts végétaux en permanence, soit par des résidus des cultures précédentes, soit par des plantes de couverture implantées entre chaque culture. Ces couvertures végétales permettent de protéger la surface des sols, de maintenir l’humidité, de nourrir les micro-organismes des sols.
  • effectuer une rotation raisonnée des cultures, en tirant partie de la complémentarité des espèces cultivées sur une même parcelle. Cela permet de mieux maîtriser les mauvaises herbes, de promouvoir une flore microbiologique diversifiée et de limiter les maladies.

En savoir plus sur le manière de favoriser la biodiversité dans votre exploitation

Actualités en relation

Publications