Vous êtes ici : Accueil > Publications > Toutes les publications > Lettre économique de juin 2021 - Chez les helvètes, un accord avec l'UE n'est pas le bienvenu

Lettre économique de juin 2021 - Chez les helvètes, un accord avec l'UE n'est pas le bienvenu

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Au sommaire de cette lettre économique réalisée par les Chambres d'agriculture : Webscraping, usage de données massives : la crise sanitaire accélère l’innovation dans la statistique publique (les institutions agricoles bientôt dans la boucle) ; La descente aux enfers du Liban ; Je clique donc je mange.

Edito - CHEZ LES HELVÈTES, UN ACCORD AVEC L’UE N’EST PAS LE BIENVENU

la double crise sanitaire et économique a conduit nombre d’observateurs, et surtout de décideurs, à considérer qu’il s’agissait d’une transition globale allant vers un « monde d’après ». En matière de commerce de marchandises, de services, les impacts commencent à émerger, mais davantage dans le sens d’une remise en cause de leur légitimité et de leurs effets bénéfiques. Plusieurs péripéties, étalées sur la période récente, le montrent, à l’exemple de la Suisse.

Webscraping, usage de données massives : la crise sanitaire accélère l’innovation dans la statistique publique (les institutions agricoles bientôt dans la boucle)

Tempos : au rythme lent de la production d’indices macroéconomiques mais aussi dans la quasi-instantanéité du calcul d’indicateurs de conjoncture. Justement, dans le champ de la conjoncture, la crise du covid-19 a accéléré l’usage de méthodes innovantes qui, à terme, vont bouleverser les pratiques ; les institutions agricoles devront entrer dans la boucle de ces innovations qui modifieront leur culture du chiffre (notamment dans le domaine des données privées). 

La descente aux enfers du Liban

L’évolution de la situation au pays du cèdre est des plus inquiétantes. Au moins 50% des Libanais vivent actuellement sous le seuil de pauvreté. Le PIB par habitant a chuté de - 40 % entre 2018 et 2020, d’après la Banque Mondiale, alors que l’inflation a flambé de 140 % en un an. Comment en est-on arrivé là ? Comment le secteur agricole libanais traverse-t-il cette crise ? 

Je clique donc je mange

La propagation d’un virus ayant obligé les gouvernements à adopter des mesures drastiques de confinement des populations, du moins durant le premier semestre de l’année 2020, les bilans en matière de modes de consommation de produits alimentaires se succèdent et semblent converger pour affirmer que la crise sanitaire a lourdement participé à l’éclosion de nouveaux styles de consommation. Plus de quête de proximité avec les producteurs, davantage d’exigences en matière de qualité des produits, c’est aussi le rapport à la distribution qui a connu une mutation importante durant l’année 2020. Ce rapport s’avère en effet de plus en plus distancié, illustrant ainsi de la part du consommateur, un souhait d’acheter autrement.
 

Consultez la lettre économique des Chambres d'agriculture de juin 2021

 

A lire aussiEn savoir plus

Publications