Vous êtes ici : Accueil > Publications > Toutes les publications

La publication en détail

Les flux rss du siteImprimer la page

Lettre économique : l'Union Européenne - Juillet 2016

Cette lettre économique aborde les sujets suivants : le référendum britannique, l'efficience économique en agriculture, les comptes de l’agriculture de l’année 2015 et la crise laitière qui se mondialise.

 

 

C'est quoi papa l'Union européenne? Le couplage de la désunion et de la désillusion mon fils !!!!

L'issue du référendum britannique ouvre une période de grande incertitude pour l'Union européenne. Outre les modalités de la sortie du Royaume-Uni, outre les impacts économiques probables sur les autres États membres et sur le sortant lui-même, c'est bien la construction européenne qui pourrait connaître un coup d'arrêt. Le choc est tel que l'ambition aujourd'hui est rien moins que de sauver l'Europe. Passage en revue des domaines à haut risque pour une Union qui, à vue d'œil, se fragmente toujours un peu plus

Quelle définition de l’efficience économique en agriculture ?

Le 28 juin était organisée une restitution des propositions d’un Think Tank agro-alimentaire mis en place par LesEchoevents. Ce colloque abordait un ensemble de 26 propositions dans le but d’explorer des pistes de réflexions pour améliorer la compétitivité des filières agroalimentaires françaises. Six de ces propositions abordaient notamment le sujet de l’efficience économique des exploitations agricoles.

Retour sur les comptes de l’agriculture de l’année 2015

Le revenu agricole (en progression en 2015) n’a été qu’un des indicateurs économiques publiés par l’INSEE au moment de la Commission des Comptes de l’Agriculture Nationale (CCAN) du 5 juillet dernier. Nous proposons d’examiner d’autres agrégats macroéconomiques présentés à cette occasion, en espérant autant que faire se peut atténuer les controverses qui ont animées le monde agricole ces derniers jours.

La crise laitière se mondialise

Les États membres du Nord de l'UE ont anticipé la fin des quotas pour se lancer dans une hausse effrénée de la production, sachant que le marché mondial allait absorber aisément les surplus exportables.