Vous êtes ici : Accueil > Publications > Toutes les publications

La publication en détail

Les flux rss du siteImprimer la page

Lettre économique : les marchés agricoles - Mai 2016

Cette lettre économique aborde les sujets suivants : les promesses déçues de la libéralisation des marchés, de l'interdiction du diméthoate, du Brexit et de la résilience des exploitations agricoles

et sécurité alimentaire.

 

Les promesses déçues de la libéralisation des marchés

Pour les décideurs économiques, en particulier ceux ayant confié à la mondialisation le destin des sociétés, le drame est que l'histoire juge chacun de leurs actes. L'état présent des marchés agricoles suggère de se pencher sur cette capacité de l'histoire économique à établir une évaluation des promesses, forcément déçues, de la mondialisation, ou plus précisément de la libéralisation des marchés agricoles. Le bilan que l'on peut dresser des politiques de dérégulation est sans appel.

Interdiction du diméthoate : préjudices pour les arboriculteurs et pénurie pour le consommateur

Face aux inquiétudes sanitaires suscitées par l’utilisation du diméthoate, le Ministère de l’agriculture a publié un nouvel arrêté le 21 avril 2016 décrétant l’arrêt des importations de cerises en provenance de pays membres et non membres de l’Union Européenne utilisant ce produit.

Brexit

A quelques jours du referendum sur le maintien ou le retrait du Royaume-Uni dans l’Union européenne, les incertitudes restent fortes. De leur côté, les agriculteurs britanniques semblent avoir déjà fait leur opinion : ils seraient majoritairement favorables au Brexit (58 % selon un sondage d’avril publié par Farmers weely).

Résilience des exploitations agricoles et sécurité alimentaire

Avec la crise que traverse l'agriculture française, et plus spécifiquement les secteurs de l'élevage, plusieurs expertises se sont déployées pour mesurer la capacité des exploitations à résister à cette crise et pour scruter les conditions de leur pérennité. Cette démarche a été affublée du vocable "résilience", exprimant l'idée de résistance aux chocs. Une telle approche est manifestement partagée et utilisée dans de nombreux points du globe. C'est le cas notamment du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord.