Vous êtes ici : Accueil > Publications > Toutes les publications

La publication en détail

Les flux rss du siteImprimer la page

Lettre économique : Investissements chinois - Octobre 2016

Cette lettre économique aborde les sujets suivants : les investissements chinois en Europe, le nouvel accès de faiblesse de la Livre Sterling, Egypte : le blé au coeur des tensions financières et géopolitiques, CETA, AECG, productivité agricole

Être chinois et faire son marché en Europe

Il y a quelques mois, un investisseur chinois s’est porté acquéreur de quelque 3 000 hectares de terres cultivables dans la région Centre, au point de susciter un certain émoi chez les agriculteurs. En réalité, ce type d’investissement s’inscrit dans une stratégie plus globale de la Chine, tournée vers l’acquisition d’entreprises européennes ou américaines, que ce soit dans le secteur agricole, industriel ou dans les services. L’économie chinoise poursuit son expansion à travers le monde, la crise de 2008 lui ayant facilité la tâche.

Nouvel accès de faiblesse de la Livre Sterling

Egypte : le blé au coeur des tensions financières et géopolitiques

Depuis les révoltes du printemps arabe de 2011, la vie politique égyptienne a largement été perturbée, entre conflits politiques et contre révolution. Malgré le retour à une certaine stabilité entre 2015 et 2016, cette période marque aussi un creusement inquiétant du déficit public et des réserves de change, ces dernières étant indispensables pour la politique de subvention alimentaire du pays et la garantie d’une paix sociale. Dans ce contexte, les atermoiements du ministère de l’agriculture et de l’approvisionnement sur le taux d’ergo du blé importé ont provoqué des sueurs froides auprès de leurs principaux partenaires exportateurs de blé, voire des tensions comme avec la Russie. Ceci nous rappelle encore à quel point l’arme alimentaire joue toujours un rôle prépondérant dans les relations internationales.

CETA, AECG : c’est quoi au juste ?

Crise de marché, surproduction, baisse des prix, autant de paramètres qui, depuis deux ans, fragilisent la rentabilité des éleveurs. Si les pouvoirs publics réagissent en accordant quelques soutiens financiers, ces derniers peuvent être à terme annihilés par les impacts désastreux dont sont porteurs les accords de libre-échange. Depuis peu, on parle abondamment du CETA, après l’avoir ignoré durant de longues années. Alors le CETA, c’est quoi au juste ?

Productivité agricole : la panne

Il a souvent été annoncé que la tendance de long terme des marchés mondiaux agricoles se distinguerait par une augmentation de la demande mondiale de produits agricoles et alimentaires. Dans la mesure où l'offre mondiale agricole est subordonnée aux aléas climatiques et aux cycles économiques, des déséquilibres peuvent régulièrement surgir sur ces marchés, occasionnant des baisses ou des hausses de prix tout autant préjudiciables pour les acteurs économiques que sont les producteurs et leurs fournisseurs, ou bien les consommateurs. Le secteur agricole est appelé de ce fait depuis plusieurs années à se doter d'outils de gestion des risques, à maîtriser ses coûts de production, mais aussi à identifier les marchés les plus porteurs, afin d'écouler les productions.