Vous êtes ici : Accueil > Publications > Toutes les publications

La publication en détail

Les flux rss du siteImprimer la page

Lettre économique : baisse des matières premières - janvier 2016

Cette lettre économique aborde les sujets suivants : la baisse des prix des matières premières, le revenu agricole en baisse pour l’Union européenne en 2015, la fièvre catarrhale ovine et l'Accord de Nairobi.

 

Au loin s'en vont les hausses de prix

Depuis 2007, chacun s'était préparé à vivre une période faste pour les matières premières. Une aubaine pour les producteurs, une contrainte pour les utilisateurs. Les projections établies sur moyen terme par de grandes institutions internationales indiquaient que cette tendance haussière s'inscrirait dans la durée. Beaucoup y ont vu un levier pour amorcer un processus de développement et de sortie de la pauvreté. Depuis un an, on assisterait plutôt à la fin du super cycle des matières premières.

Revenu agricole en baisse pour l’Union européenne en 2015

Dans les comptes de l’agriculture européenne publiés par Eurostat, l’année 2015 se solderait par une baisse de -4,8 % du revenu net des facteurs de la branche agricole par actif pour l’Union européenne à 28 (moyenne des résultats nationaux) par rapport à 2014. Pour l’Allemagne, le recul est particulièrement fort : -37,6 %.

La FCO : un préjudice économique pour les éleveurs

La découverte d’un premier foyer de Fièvre catarrhale ovine (FCO) dans l’Allier, annoncée par le ministère de l’Agriculture le 11 septembre 2015, a depuis été suivie d’une expansion de la maladie sur de nombreuses autres régions françaises. Alors que la crise de l’élevage a déjà durement touché les éleveurs bovins, la persistance de la maladie mine les exportations de la filière, qui est l’un des débouchés les plus importants dans certaines régions. Cette situation devient devient économiquement intenable en ce début d’année 2016.

L'adieu aux restitutions

La dixième Conférence Ministérielle de l'OMC qui s'est tenue à Nairobi en décembre 2015 n'a accouché que sur un Accord a minima. C'est moins la modestie du résultat que l'on retiendra, habitués que nous sommes des échecs des négociations multilatérales supervisées par l'Institution de Genève, que la décision de mettre fin une fois pour toute aux subventions à l'exportation.

 

 

Feuilleter