Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

La continuité de l’agriculture : une affaire d’Etat ?

Overview Massis del Montgri in Girona (Spain)

L’impasse budgétaire sur le 2nd pilier de la PAC constitue un héritage lourd laissé à l’actuel Gouvernement et au Ministre Stéphane TRAVERT.

Dans un communiqué, le Ministre annonce un prélèvement de 4,2% des aides du premier pilier de la PAC pour abonder le budget du second pilier.
Ce sont 312 millions d'euros par an qui vont contribuer à combler l’impasse budgétaire que le ministère de l'agriculture a construite depuis 2013.
Et c'est aux agriculteurs eux-mêmes d’en supporter les conséquences financières.

Pour les Chambres d'agriculture, qui ont tiré la sonnette d'alarme, depuis 2014, lors de chaque loi de finances, cette décision n'est ni compréhensible, ni acceptable.

Incompréhensible dans la mesure où, les instructions des dossiers d’aides des trois dernières campagnes n’étant pas terminées, l’estimation des besoins reste imprécise.
Inacceptable car ce nouveau prélèvement viendrait rompre le difficile équilibre entre productions et régions obtenu suite à la dernière réforme.

Face à ce scénario budgétaire digne d'un mauvais feuilleton, chacun devra s'interroger sur le piteux message envoyé à nos partenaires européens.
Les réponses apportées à cette équation budgétaire ne doivent en aucun cas interférer sur les discussions en cours sur la future PAC post 2020.

Nous avons demandé au Ministre de ne pas opérer de transfert d'aides, mais nous n’avons pas été entendus.

Nous redemandons:

  • Un effort budgétaire de l’État pour respecter les engagements du gouvernement précédent, la prochaine loi de finances devra traduire clairement cet effort.
  • Un financement des dégâts liés aux prédateurs par le ministère de la Transition écologique et solidaire : c'est une véritable provocation de financer ces dépenses par un prélèvement sur les aides du premier pilier.
  • Une optimisation des dépenses du 2nd pilier de la PAC, les Régions, les Agences de l'eau doivent revoir leurs priorités et prendre leur part dans le financement des mesures de développement rural.

Contact Presse

Chambres d’agriculture France - APCA
Iris Roze – 01 53 57 10 51 / 06 09 86 02 26
iris.roze@apca.chambagri.fr
Suivez-nous sur Twitter : @ChambagriFrance et Facebook : @chambres.agriculture