Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Agriculture française : la crise se confirme

Les résultats publiés par la Commission des Comptes de l’agriculture sont catastrophiques.

Les pouvoirs publics, tant nationaux qu’européens doivent réagir !

En 2016, la valeur ajoutée brute du secteur agricole a en effet reculé de –8,4%, succédant à une croissance de +4,6% en 2015.

Ce recul se répercute bien évidemment sur l’excédent brut d’exploitation, lequel, en agriculture, diminue de près de –12% sur un an, fragilisant un peu plus les exploitations agricoles.
Une telle évolution du secteur agricole se distingue notamment par une baisse généralisée des productions végétales, de près de –9% en volume. La diminution des productions animales est certes moindre (–0,9%), mais elle efface deux années de hausse.

Autre point noir, le recul de l’investissement productif. La baisse, enclenchée en 2013, semble se poursuivre en 2016 (–2,8%). C’est l’investissement en biens non agricoles (matériel et bâtiments) qui se détériore le plus. Les immatriculations de tracteurs et de moissonneuses reculent de –9% et marquent un palier par rapport aux années précédentes. Les agriculteurs ne sont donc plus en mesure de renouveler leur capital productif, évolution qui hypothèque la robustesse des exploitations agricoles pour les années à venir.

Enfin, le commerce extérieur est en souffrance. En 2016, les échanges de produits agricoles ont enregistré une nette dégradation, passant de +3,3 à +1,2 milliard d’€. Céréales, fruits, oléagineux et produits animaux sont les secteurs qui reculent le plus. Plus globalement, c’est l’ensemble du solde agroalimentaire qui se contracte en 2016, la baisse de l’excédent étant de –37%.

L’agriculture française est en crise.

Cela doit interpeller de manière urgente les pouvoirs publics, tant nationaux qu’européens ; au regard de la situation annuelle, mais aussi par rapport aux perspectives qui se présentent. BREXIT, PAC 2020, la réflexion doit activement s’engager pour redresser une situation agricole qui ne cesse de se détériorer.

A quelques jours du lancement des Etats généraux de l’alimentation, et avant de réfléchir à la nécessaire création de nouvelles valeurs ajoutées, il serait pertinent de réexaminer les conditions du partage des valeurs ajoutées déjà créées.

Contact Presse

Chambres d’agriculture France - APCA
Iris Roze – 01 53 57 10 51 / 06 09 86 02 26
iris.roze@apca.chambagri.fr
Suivez-nous sur Twitter : @ChambagriFrance et Facebook : @chambres.agriculture